Communiqué de presse

Christophe Béchu et Bérangère Couillard se réjouissent des avancées majeures obtenues lors de la COP19 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)

Publié le 29/11/2022

La 19e session de la Conférence des Parties à la CITES, qui s’est tenue du 14 au 25 novembre à Panama, a réuni plus de 3 000 participants, dont les délégués des 184 pays Parties à la CITES, des représentants de la société civile et des organisations professionnelles. Ce rendez-vous phare avait pour principal objectif de déterminer les espèces qui seront inscrites ou retirées des Annexes I et II de la CITES. Ces annexes déterminent le niveau de protection des espèces et les documents requis pour les commercialiser.

La France a travaillé avec les États membres de l’Union européenne et d’autres Parties pour réduire la vulnérabilité de certaines espèces et promouvoir un contrôle plus adapté du commerce international. Elle s’est particulièrement mobilisée sur des sujets à enjeux comme la conservation des grenouilles de verre, l’encadrement des exports de bois de Pernambouc ou encore la conservation de nombreuses espèces marines.

Des décisions historiques en faveur des espèces marines 

Le commerce international des espèces marines, et notamment celui des requins, sera désormais mieux contrôlé grâce à l’inscription en Annexe II de 54 espèces de requins requiems, mais aussi grâce à deux propositions d’initiative française permettant l’inscription en Annexe II de 6 espèces de requins-marteaux et 3 espèces de concombres de mer. Cet effort s’inscrit dans la continuité de l’action diplomatique de la France en faveur de la protection de l’océan et de sa biodiversité.

Des avancées pour la protection des reptiles et des batraciens

La France a contribué, au sein de l’Union européenne, à l’émergence d’une position partagée permettant l’inscription de 158 espèces de grenouilles de verre à l’Annexe II de la CITES. La COP s’est également soldée par un renforcement de la régulation du commerce international d’une douzaine d’espèces de tortues terrestres et d’eau douce.
 

Vers une utilisation durable du bois de Pernambouc 

La France s’est fortement impliquée dans les négociations concernant l’amendement de l’inscription du bois de Pernambouc à l’Annexe II de la CITES. Cette essence de bois, endémique du Brésil, est utilisée pour la fabrication d’archets d’instruments de musique. Ce bois comprend donc des valeurs économique et culturelle importantes. La France a largement contribué à l’élaboration d’une proposition consensuelle conciliant la conservation de l’espèce et son utilisation durable.

Réduire le risque de zoonoses 

La COP a également permis l’adoption d’un programme de travail à court terme pour accroître le rôle de la CITES dans la réduction des risques d’émergence de futures zoonoses associées au commerce international d’espèces animales sauvages. L’adoption de l’approche « Une seule santé » et le renforcement des synergies avec les autorités compétentes en matière de santé animale et de santé publique ont été actés. 

Une mobilisation française sur le long terme 

La France s’est fortement impliquée dans plusieurs groupes de travail et a travaillé avec de nombreux partenaires afin de promouvoir la conservation de la biodiversité via des mesures cohérentes et proportionnées d’encadrement du commerce international

Le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et l’Office français de la biodiversité ont co-organisé, en partenariat avec le Comité Jaguar 2030, un événement sur la conservation du jaguar en Amérique centrale et Latine. Cet événement s’inscrit dans la continuité de l’action de la France en faveur de la conservation du jaguar, récemment concrétisée par la signature de la feuille de route « Jaguar 2030 » par la France. 

Au-delà de la COP19, cette année la France a inscrit ou demandé l’inscription de plusieurs espèces à l'Annexe III de la CITES pour permettre aux pays Parties à la CITES de se mobiliser en faveur de la conservation d’espèces endémiques de la France et menacées par le commerce international : le Poisson-ange de Clipperton, l’araignée Matoutou falaise et le papillon La Pâture. 
 

La France a joué un rôle important lors de cette COP pour encadrer le commerce d’espèces sauvages et renforcer la conservation de la biodiversité. Nos territoires métropolitains et ultra-marins présentent une grande richesse biologique qu’il faut préserver. C’est la raison pour laquelle nous sommes résolument engagés depuis plus de 40 ans dans les travaux de la CITES. La décision de protéger une cinquantaine d'espèces de requins menacés par le trafic de leurs ailerons est historique et une victoire majeure pour la planète et ses océans.

saluent Christophe Béchu et Bérangère Couillard

Cette CoP19 marque un tournant historique pour la protection de la biodiversité marine et en particulier des requins. Je salue l’avancée majeure qui y a été décidée et que nous avons fortement soutenue au sein de l’Union européenne : l’inscription en annexe II d’une cinquantaine d’espèces de requins, comme les requins requiem, qui va nous permettre d’encadrer le commerce international de ces espèces qui ressemblent à d’autres espèces menacées d’extinction par le trafic d’ailerons. Grâce à cette initiative, nous renforçons également la protection de ces espèces qui pourraient être menacées si leur commerce n’était pas étroitement contrôlé.

Hervé Berville, secrétaire d’Etat chargé de la Mer