Actualité

La direction générale des affaires maritimes, de la pêche et de l'aquaculture (DGAMPA), une administration centrale tournée vers le développement durable des activités maritimes et du littoral

Publié le 17/05/2022

Crédits : Hugo Vanmalle
Le Journal officiel a publié, le 1er mars 2022, le décret et l’arrêté portant création de la direction générale des affaires maritimes, de la pêche et de l'aquaculture (DGAMPA), sous autorité du Secrétariat d'État de la Mer et du ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. La DGAMPA fusionne des deux principales directions traitant du maritime au niveau central de l’État, à savoir la direction des affaires maritimes (DAM) et la direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA), mais aussi le personnel des capitaineries des ports d'État. Éric Banel a été nommé premier directeur général des affaires maritimes, de la pêche et de l’aquaculture en Conseil des ministres.

Une direction générale tournée vers le développement durable des activités maritimes, au plus près des usagers de la mer et des territoires littoraux

La DGAMPA a pour mission de mieux concilier les différents usages sur un espace maritime de plus en plus convoité, réaffirmant la place de la mer au sein des politiques publiques, tout en veillant à une meilleure protection de nos ressources et de nos milieux marins.

La création de la DGAMPA vise à consolider les moyens affectés à la mer et à améliorer la visibilité des enjeux maritimes au sein de l’État. Les nouveaux textes donnent une assise solide à la DGAMPA pour relever les défis de la planification maritime et du développement durable de l'économie bleue, mais aussi pour porter la transition écologique et énergétique des activités maritimes, promouvoir la connaissance du milieu marin et favoriser l’innovation. Cette nouvelle organisation de l’État permettra de mieux accompagner les mutations du transport maritime, de la pêche et de l'aquaculture ou encore de l’industrie navale, de développer les données et les services maritimes, de consolider les capacités de surveillance, de sauvetage et de contrôle en mer et, plus globalement, de soutenir les projets des territoires, de promouvoir l’emploi maritime et de défendre plus efficacement nos intérêts maritimes en France comme à l'international.

Grâce à cette fusion, les 2 800 agents en charge des activités maritimes dans les services déconcentrés de l’État auront une direction unifiée au niveau central, qu’ils soient dans les directions interrégionales de la mer, les délégations mer et littoral des directions départementales des territoires ou encore outre-mer dans les directions de la mer et services des affaires maritimes. La DGAMPA exercera par ailleurs la tutelle de l’Ifremer, de FranceAgriMer, de l'Établissement national des invalides de la marine (ENIM), de l'École nationale supérieure maritime et des lycées professionnels maritimes. La DGAMPA aura également autorité sur l’École nationale de la sécurité et de l’administration de la mer (ENSAM) et l’Armement des phares et balises (APB).

La DGAMPA sera structurée en trois services consacrés :

  • à la pêche maritime et l'aquaculture durables (économie des pêches et de l'aquaculture, ressources halieutiques, appui scientifique) ;
  • aux flottes et aux marins (emploi maritime, gens de mer, navires, flotte de commerce) ;
  • aux espaces maritimes et littoraux (planification maritime, économie bleue, sauvetage, navigation, et contrôle en mer, capitaineries et police portuaire, nautisme et plaisance).

En outre, les fonctions transversales seront assurées par une sous-direction numérique, une mission ressources humaines et une mission budget et commande publique.

Les 300 agents de la DGAMPA sont majoritairement localisés à la tour Séquoia à La Défense, mais ils sont également là Saint-Malo (systèmes d’information et guichet fiscalité plaisance), Marseille (guichet unique du registre international français), Nantes (bureau des examens maritimes), Brest (pôle national d’expertise Polmar terre), Le Havre (ENSAM), Quimper (Armement des phares et Balises), Toulouse et Gris-Nez (agents spécialisés dans l’assistance et le sauvetage en mer).

 

Afficher la description de la vidéo

La DGAMPA, c'est pour la première fois, une seule et unique administration pour élaborer et mettre en œuvre les politiques de la mer.

Nous allons gérer le deuxième espace maritime mondial avec l'aide des 2950 agents qui travaillent sur tout le territoire et en Outre-mer.

La DGAMPA ce sont sept politiques publiques à déployer à l’aide des trois grands services et de leurs dix sous-directions et le soutien de nos services déconcentrés répartis sur l'ensemble du territoire en France et en Outre-mer.

La DGAMPA ce n'est pas qu'une question de chiffres, c'est aussi, le début d'une belle histoire.

C'est des écoles qui forment aux métiers de demain.

C'est le respect de la mer et de son environnement.

C'est la structure qui garantie que les normes de sécurité des navires nationaux et internationaux est bien respectée.

C’est accompagner les gens de mer, en tout temps, en tout lieu.

C'est une volonté d'innovation numérique constante.

C'est sauver des vies humaines en mer.

C'est être au service des marins et s'assurer que les normes minimales sociales sont garanties.

Alors voilà, la DGAMPA c’est tout ça !

C'est la France métropolitaine, l'Héxagone, c'est l'Outre-mer, c'est l'Europe.

C’est aussi la présence de la France sur toutes les mers du globe.

Mais ce sont surtout des agents investis chaque jour qui œuvrent pour nos politiques maritimes, pour la transition écologique et énergétique, pour la mise en œuvre de nos politiques publiques en mer et sur le littoral.

Bon vent et belle mer à tous.

Une direction générale pour redéfinir une stratégie maritime commune

La mise en place de la nouvelle direction générale donnera la possibilité de redéfinir une stratégie commune et de moderniser les modalités de travail des agents. Une démarche de projet de service sera conduite tout au long de cette année 2022 et associera les partenaires dans une indispensable coconstruction.

À ce titre, le directeur général sera notamment chargé de l’économie maritime, de la formation et de l’emploi maritimes, de la planification des espaces maritimes et littoraux, de la surveillance, du contrôle et du sauvetage en mer, de la flotte de commerce, des pêches maritimes, de l’aquaculture et des produits de la mer, de la plaisance et du nautisme, de la sécurité maritime et de la sûreté des navires, de la transition écologique des navires et de la police portuaire.

Le Conseil des ministres a décidé le 2 mars 2022 de la nomination de Monsieur Éric Banel, premier directeur général des affaires maritimes, de la pêche et de l’aquaculture.

Légende Éric Banel, directeur général des affaires maritimes, de la pêche et de l’aquaculture

Crédits : DIRM Sud-Atlantique

Éric Banel était, depuis décembre 2020, à la tête de la direction des pêches maritimes et de l'aquaculture (DPMA) rattachée au Secrétariat d'État de la Mer et au ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, et corédacteur du rapport sur la préfiguration d’une direction générale de la mer. Il devient donc le premier directeur général de cette nouvelle structure, après une carrière consacrée à la mer et à la modernisation de l’administration maritime. Administrateur général des affaires maritimes, Éric Banel a occupé de nombreux postes de direction en services déconcentrés, à Boulogne-sur-Mer, à La Réunion et en Nouvelle Aquitaine, en administration centrale, au ministère chargé de la mer, au commissariat général au plan et au Secrétariat général de la mer, mais aussi dans le secteur privé, comme délégué général d’Armateurs de France entre 2012 et 2017.