Actualité

Mission Starfish 2030 : mobilisez-vous pour protéger l’océan et les eaux douces

Publié le 16/11/2020

Sans eaux et océan sains, il n'y a pas de vie sur Terre.
Crédits : Shutterstock / Ifremer
Les océans, les mers, les lacs sont des biens communs. Avec la mission Starfish 2030, l’Union européenne s’engage dans la restauration de l’océan et du milieu aquatique. À l’instar d’autres États membres, la France lance une consultation auprès des citoyens afin d’enrichir les propositions et de prioriser les actions à mener. Zoom sur les axes de la mission et ses enjeux.

Starfish 2030 : une mission pour maintenir, protéger et restaurer les milieux aquatiques

L’océan, les mers, les lacs, les fleuves, les rivières couvrent les trois quarts de la planète et forment un système global. Celui-ci est à l’origine de toutes les formes de vie terrestres : il produit la moitié de l’oxygène, permet de boire et de respirer. Plus étonnant : il stabilise le climat en stockant le dioxyde de carbone et la chaleur émis par l’activité humaine, ralentissant ainsi le réchauffement climatique. Par ailleurs, le système aquatique accueille une biodiversité riche d’espèces et d’espaces uniques.

La mission Starfish 2030 a pour ambition de maintenir, protéger et restaurer la santé de l’océan, des mers, des lacs, des fleuves et des rivières. Cette ambition va de pair avec l’objectif de bâtir une économie bleue plus écologique.

Cette mission est organisée autour de cinq axes :

  • enrichir les connaissances et créer un lien émotionnel
  • atteindre le zéro pollution
  • améliorer la gouvernance
  • régénérer les écosystèmes marins et aquatiques
  • décarboner nos océans, nos mers et nos eaux

Un premier rapport a été élaboré par un comité de scientifiques, de représentants de la société civile et des filières économiques, présidé par Pascal Lamy. Ce rapport présente l’ensemble des actions à conduire d’ici 2030 et fixe un point d’étape à 2025.

Participer à l’enquête, contribuer à la protection du système aquatique

Avant de présenter ce rapport au Conseil européen, Pascal Lamy, président de la mission, a souhaité consulter les citoyens européens. Il a ainsi été confié à l’Ifremer de lancer une enquête auprès des citoyens français. Cette démarche est également menée dans plusieurs pays européens, notamment l’Irlande et la Roumanie.

Parce que chacun est responsable de la protection et de la santé de ces milieux, les réponses et les propositions des citoyens guideront les actions prioritaires à mettre en œuvre.

Jusqu’au 27 novembre, donnez votre avis en contribuant à l’enquête :