Pavillon bleu, le label du tourisme durable

Mis à jour le 10/07/2023

Actualité

Partager cette page

Le label Pavillon bleu valorise les communes et les ports de plaisance qui mènent une politique de développement touristique durable. Il garantit ainsi aux plaisanciers et touristes de profiter des joies de la plage ou de la navigation tout en limitant l'impact de ces activités sur l'environnement. En 2023, 405 plages dans 192 communes et 105 ports de plaisance français ont obtenu cet écolabel international.

Le Pavillon bleu : des critères de sélection dans plusieurs domaines

L'obtention du label Pavillon bleu, premier écolabel au monde pour les plages et les ports de plaisance, est soumise à une série de critères dans les domaines de l'éducation et la sensibilisation à l'environnement, l'environnement général et du site, la gestion des déchets, la gestion de l'eau et du milieu.

Pour les plages, l'eau de baignade doit être de qualité excellente (selon les critères de la directive 2006/7/CE sur les eaux de baignade) avec cinq contrôles par saison. Elles doivent comprendre un point d’eau potable et des poubelles  à disposition sur la plage. La collectivité doit y organiser la collecte sélective d’au moins trois types de déchets, mettre en place une politique de recyclage ainsi que des actions d’éducation à l’environnement, par exemple l'information sur les espaces naturels sensibles ou des animations sur le tri des déchets.

Pour les ports, les critères concernent également la prévention des pollutions avec la récupération des eaux usées des bateaux, la gestion des boues de dragage, la récupération et le traitement des liquides polluants des cales dans les plus grands ports. Une politique de maîtrise de la consommation d'eau et d'énergie doit être engagée.

Après examen par le jury français – auquel participe le secrétariat d'État chargé de la Mer – les dossiers validés sont transmis à un jury international composé d'ONG environnementales et d'organisations internationales (Programme des Nations unies pour l'environnement, Organisation mondiale du tourisme). Ce jury décide de l'attribution du label pour 1 an.

Cette année une attention particulière est portée aux enjeux primordiaux de la ressource en eau et de la réduction de sa consommation. Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), 75% des niveaux des nappes se situent en dessous des normes mensuelles en avril 2023. La ressource en eau souffre de l’augmentation rapide des températures et des sécheresses fréquentes. Le Pavillon bleu incite les communes et les ports de plaisance candidats à la mise en œuvre d’actions d’économies d’eau sur leurs territoires pour préserver la ressource et s’adapter aux afflux touristiques. De nombreuses bonnes pratiques sont déjà mises en place par les candidats au label : fermeture des douches de plage et remplacement par des rince-pieds, bornes de régulation avec minuterie pour le suivi de consommation… En complément des initiatives de réduction de la consommation d’eau, la sensibilisation du grand public demeure un enjeu central.

Un label international présent sur tous les continents

Créé en France en 1985, le label Pavillon bleu est porté par Teragir, office français de la Fondation pour l'éducation à l'environnement en Europe, également chargé de l'attribution des écolabels La Clef verte ou Éco-école. Le secrétariat d'État chargé de la Mer participe à la démarche Pavillon bleu depuis 2006 ; il subventionne la fondation et participe au jury de sélection des ports.

Depuis 2001, le label Pavillon bleu est présent sur tous les continents : 52 pays participent aujourd'hui à ce programme, représentant 4 212 plages et 710 ports de plaisance. La France est à la cinquième place des pays en nombre de sites labellisés.

En 2023, 405 plages dans 192 communes et 105 ports français maritimes, fluviaux ou lacustres ont été labellisés en métropole et outre-mer.

Pour aller plus loin