Actualité

Plan Aquacultures d'avenir : une nouvelle étape pour la filière aquacole française

Publié le 17/05/2022

Crédits : Arnaud Bouissou / Terra
Le plan Aquacultures d’avenir porte une ambition : définir une stratégie collective pour le développement durable de l’aquaculture français. Signé le 4 mars 2022 avec les parties prenantes du secteur, ce plan fixe une ligne stratégique à horizon 2027. Découvrez ce que contient le plan !

Un plan pour répondre à l’enjeu de développement des filières aquacoles

La consommation de produits issus de l’aquaculture a fortement augmenté durant les 30 dernières années en France. Néanmoins, la production nationale ne couvre qu’un quart de ces besoins. Si la gestion des ressources halieutiques est strictement encadrée en France, l’aquaculture présente aujourd’hui, en France, un fort potentiel de croissance.

Le développement de l’aquaculture représente un enjeu stratégique clairement identifié par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture et par l’Union européenne.

Relever ce défi nécessite donc de concilier le développement des filières avec les enjeux environnementaux et sociétaux.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la signature du plan Aquacultures d’avenir, le 4 septembre 2022, par Annick Girardin, ancienne ministre de la Mer, en présence de Clotilde Eudier, vice-présidente de Régions de France, Michel Berthommier, président du Comité Interprofessionnel des Produits de l’Aquaculture (CIPA) et Philippe Le Gal, président du Comité national de la conchyliculture (CNC).

Le plan a également été signé par Barbara Pompili, ancienne ministre de la Transition écologique et l'ancien ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie.

Une stratégie collective axée sur l'innovation et l'attractivité

Le plan Aquacultures d’avenir décline au niveau français les nouvelles lignes directrices européennes pour le développement de l’aquaculture, parues en mai 2021, intégrant les stratégies européennes du Pacte vert (Green Deal) et de la Ferme à l’assiette (Farm to Fork). Il s’appuie sur la partie aquacole du Fonds européen pour les affaires maritimes, la pêche et l’aquaculture, et sera mis en œuvre par l’État et les Régions.

Ce plan fait ainsi figure de stratégie collective pour le développement durable de l’aquaculture française à l’horizon 2027. En ce sens, il repère les contraintes rencontrées par les acteurs et identifie les moyens et solutions pour accompagner les filières à relever les défis de demain. Sa mise en œuvre s’appuie sur un comité de pilotage annuel qui permettra de dresser un bilan régulier de l’avancée des actions en concertation avec toutes les parties prenantes. 

Les priorités du plan Aquacultures d’Avenir s’articulent autour de l’innovation, la simplification administrative, l’amélioration des conditions sanitaires et zoosanitaires, la gestion des risques, la performance économique et environnementale des entreprises, l’attractivité des métiers et la valorisation des données.