Actualité

Pollution sonore sous-marine : quels impacts ?

Publié le 18/02/2021

Cargo-rorqual
Crédits : Pascal Mayol / Miraceti
Ce vendredi 19 février a lieu la Journée internationale de la baleine. Comme chaque année, elle est consacrée à la défense et la protection de l'ensemble des mammifères marins. Dans ce cadre, le ministère de la Mer vous propose un éclairage sur la pollution sonore sous-marine, en lien avec le ministère de la Transition écologique, l’Office français de la biodiversité, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et les Armateurs de France.

Découvrez, à travers les infographies ci-dessous, la problématique du bruit sous-marin et plus spécifiquement comment le bruit créé par le trafic maritime affecte la biodiversité, ainsi que les efforts menés par les acteurs concernés pour réduire cette menace pour la vie marine.

 

Le bruit sous-marin, qu'est-ce que c'est ?

Afficher la version texte de l'infographie

Le bruit sous-marin en un clin d'œil

dB - Le niveau sonore représente l’intensité perçue d’un son. Exprimé en décibels, il traduit l’impact ressenti à l’écoute d’un son.
Hz - La fréquence représente le nombre d’ondes acoustiques par seconde en un point donné. Exprimée en Hertz, elle correspond à la hauteur d’un son : plus elle est élevée, plus le son est aigu.

BRUIT AMBIANT De niveau constant et stable en fréquence, généralement de moyenne intensité. Il se propage dans toutes les directions.
BRUIT IMPULSIF Relativement court et de forte intensité. Il peut se propager dans toutes les directions (ex. explosion) ou être plus directionnel (ex. sonars).

IMPACTS DU BRUIT SUR LES ANIMAUX MARINS
Les réactions des animaux marins face aux émissions sonores sont de différents types et dépendent de l’espèce concernée, de l’intensité du bruit et de la durée d’émission. On retrouve notamment les impacts suivants, avec une graduation croissante de la gravité :
- Réactions physiologiques : retard de croissance, stress, augmentation du rythme respiratoire.
- Masquage acoustique : la communication entre individus est masquée, rendant la localisation entre congénères ou des proies plus difficile.
- Réactions comportementales : fuite ou interruption de l’activité en cours, changement des trajets migratoires.
- Dommages physiologiques temporaires : baisse du niveau d’audition ou diminution de la sensibilité auditive.
- Dommages physiologiques permanents : lésions des organes entraînant généralement la mort de l’animal (organes auditifs, poumons, vessie natatoire…).

Impacts du bruit d’origine humaine sur la faune marine
- voir infographie

RÉGLEMENTATION
Bien que le bruit sous-marin d’origine humaine soit reconnu comme une source de pollution et une menace pour les écosystèmes marins par les Nations Unies, il n’existe actuellement aucune réglementation internationale contraignante sur l’émission de bruit dans les océans.
En 2014, l’Organisation maritime internationale (OMI) a publié des lignes directrices (non-contraignantes) visant à réduire le bruit sous-marin.
En Europe, la Directive-cadre  Stratégie pour le milieu marin  de 2008 (directive 2008/56/CE) visant à atteindre un bon état écologique des eaux européennes d’ici 2020 a fixé un objectif de diminution d’impact du bruit sur les populations d’animaux marins. La définition de seuils de bruit pour garantir cet objectif est en cours de discussion dans les groupes de travail européens.

Ça existe :
Une Communauté sur le bruit sous-marin a été créée en France en 2019 sur l’impulsion des directions concernées des Ministères de la Transition écologique (MTE), de la Mer et des Affaires étrangères et de l’Office français de la biodiversité ; elle rassemble des scientifiques, des chercheurs, des ONG et des membres de l’industrie investis sur le sujet, dans un but de mise à jour des connaissances scientifiques et réglementaires et de partage des solutions pour réduire le bruit sous-marin et ses impacts.
Un guide de préconisations pour limiter l’impact des émissions acoustiques sur la faune marine a été publié par le MTE en juillet 2020 à destination des services de l’État et des professionnels des secteurs maritimes. Ce guide méthodologique doit constituer une documentation de référence sur les connaissances, méthodes, dispositifs techniques et bonnes pratiques disponibles.
Le bruit sous-marin du trafic maritime

Afficher la version texte de l'infographie

Le bruit sous-marin du trafic maritime

SOURCES
- Propulsion
- Machines
- Ecoulement

IMPACTS
- Fuite
- Fuite des proies
- Masquage des signaux de communication
- Stress & désorientation

PISTES D'AMELIORATION
Réduction de la vitesse des navires / Abaisser la vitesse de quelques nœuds
Travail sur le design & l’entretien des coques / Optimiser la forme des coques pour limiter la turbulence des flux
Réduction du bruit des hélices / Utiliser des hélices innovantes pour empêcher la cavitation
Réduction du bruit des machines / Réduire la transmission des vibrations en isolant les moteurs

MOBILISATION DES ACTEURS
Le Canada est très actif au sein de son pays et sur la scène internationale pour réduire le bruit du trafic maritime ; il est notamment fer de lance du sujet au sein de l’Organisation Maritime Internationale (OMI).
L’Union européenne a abordé le sujet du bruit sous-marin dans sa Directive-cadre Stratégie pour le milieu marin de 2008 et soutient, avec l’appui de la France, l’initiative du Canada au sein de l’OMI.
L’État français décline la Directive-cadre de 2008 en fixant notamment des objectifs et des mesures de réduction du bruit sous-marin pour chaque façade maritime.

LE SECTEUR MARITIME FRANÇAIS EN FAIT UN VRAI SUJET D’ACTUALITÉ
• La Charte Bleue d’Armateurs de France impose à ses membres signataires de participer à la réduction du bruit.
• Les armateurs effectuent des mesures de signature acoustique sur leurs navires et investissent dans la recherche et le développement sur la réduction du bruit des hélices et l’isolation des machines.

CA EXISTE DEJA !
Programme ÉcoAction du port de Vancouver
Depuis 2017, ce programme prévoit des mesures incitatives pour les navires de marchandises et de croisière les plus silencieux ; ils obtiennent ainsi une baisse de leurs taxes portuaires lors de leur escale au port de Vancouver.