Signature du contrat d'objectifs et de performance entre l'État et l’École nationale supérieure maritime 2023- 2027

Mis à jour le 20/12/2023

Communiqué de presse

Hervé Berville, secrétaire d’Etat auprès de la Première ministre, chargé de la Mer, a signé avec Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Conseil d’administration et François Lambert, directeur général de l’Ecole nationale supérieure maritime, le 19 décembre 2023, le contrat d'objectifs et de performance engageant l’ENSM et l’État. Ce document fixe le cadre des actions et les orientations stratégiques de l'ENSM pour les quatre prochaines années.

Ce contrat vient conforter les missions de l'ENSM confirmant ainsi son rôle indispensable dans la formation des officiers de la marine marchande et des ingénieurs en génie maritime. Il s’inscrit résolument dans la construction d’une action durable au service des territoires dans lesquels l’ENSM est implantée, Le Havre, Marseille, Nantes et Saint Malo. Il s’est construit avec l’appui de la direction générale des affaires maritimes, de la pêche et de l’aquaculture.

La trajectoire de moyens doit donner de la lisibilité aux projets de l’Ecole et venir assumer la dynamique « Fontenoy du maritime » rappelée par le Président de la République lors des Assises de l’économie de la mer à Nantes le 28 novembre 2023. Elle est utilement complétée par une ambition forte en matière d’intégration territoriale qui permet de rayonner plus et mieux à l’échelle de tous les territoires et de développer des projets pédagogiques mais aussi culturels, sportifs ou encore professionnels dans une dynamique coopération avec les autres établissements dans l’hexagone, les Outre-mer et même à l’étranger. Enfin la croissance de l’ENSM doit continuer pour permettre, en parallèle de ses missions originelles, et avec des établissements partenaires, la création de l’Institut national supérieur maritime qui viendra fédérer l’ensemble des formations maritimes selon les domaines listés dans le COP jusqu’au portuaire, au fluvial et à la planification spatiale maritime.

C’est un contrat ambitieux sur le plan pédagogique (rénovation de la chaîne pédagogique, évolution des diplômes, renforcement des enseignements liés à la transition énergétique, lien avec la Marine nationale et la souveraineté…), sur le plan de l’attractivité et de la promotion sociale (renforcement d’une communication ciblée pour attirer de nouveaux talents, renforcement et développement de la formation professionnelle…), sur le plan du lien aux acteurs économiques et plus particulièrement les armateurs (développement d’une nouvelle formation liée au vélique, adaptation de la recherche à des fins opérationnelles…), ou encore dans la renforcement du traitement de problématiques internes à l’école qui n’avaient pas été suffisamment mises à jour jusqu’alors (statutaires notamment mais aussi pris en compte des différences, lien entre les sites…).

Pour Hervé Berville : « J’avais demandé à l’ENSM de me proposer un contrat d’objectifs ambitieux et je retrouve dans ce texte ce que nous portons au sein de mon ministère. La dynamique territoriale rencontre celle de l’exigence pédagogique, la décarbonation du transport maritime vient soutenir une action de long terme engagée par les pouvoirs publics et les acteurs du secteur maritime, l’action culturelle et sportive est valorisée. L’équipage de l’ENSM peut compter sur le Gouvernement pour l’aider à développer ses projets qui s’inscrivent dans le temps et dans l’exigence d’une politique maritime dans laquelle cette Ecole est incontournable et presque atemporelle. »

Pour Frédéric Moncany de Saint-Aignan et François Lambert : « Nous avons voulu un cap, un calendrier et des moyens. Nous avons voulu embarquer tout l’équipage de l’ENSM dans la cohérence indispensable à la consolidation d’une politique publique au service de l’économie de la mer. L’Ecole va continuer à grandir grâce à cette planification pluri annuelle moteur de l’ambition maritime française. C’est une immense responsabilité que de former - dans un souci permanent d’adhésion de notre équipage des étudiants aux personnels et enseignants de l’Ecole sans oublier les membres du Conseil d’administration - cette nouvelle génération qui vient et d’entretenir des compétences fondamentales, nous ne ménagerons pas nos efforts dans l’intérêt général. »

Pour plus de détails :

Les 4 axes du contrat d’objectifs et de performance :

 

1.    Enseigner la mer de toutes nos forces : réforme de la chaine pédagogique, évolution du diplôme d’officier polyvalent/ ingénieur, mise en place d’un tutorat rémunéré, développement de la formation continue, développement de la politique culturelle et sportive…

2.    « Nationaliser » la formation supérieure maritime : création d’un Institut national supérieur maritime, développement du lien entre l’ENSM et les autres acteurs de la formation maritime, en particulier les lycées professionnels maritimes, renforcement de la place de l’ENSM dans les événements locaux, développement des relations avec les Outre mer, inscription de l’Ecole dans le développement de la flotte stratégique…

3.    Soutenir l’économie de la mer : création de nouveaux contenus et formations dans le domaine de la transition énergétique, renforcement progressif de la recherche à des fins opérationnelles, développement de l’action internationale et mise en place d’un semestre à l’étranger pour différents cursus…

4.    Maritimiser les esprits et développer le sens marin : renforcement de l’attractivité de l’ENSM par de nouveaux moyens, actions concrètes de lutte contre les discriminations de toutes sortes, développement de l’action de la Fondation ENSM, mise en place d’un projet sur l’histoire de l’ENSM…

 

Au cœur de ces 4 axes, plus de 150 actions suivies d’un bilan et d’indicateurs en annexe. Mais le contrat s’agrémente aussi de témoignages, de focus spécifiques et vient inclure des ambitions lourdes en matière de développement de ressources de l’ENSM. Ainsi les objectifs de la Fondation ENSM culminent à 1,5M€ de budget d’ici 2027, tandis que les recettes de la formation continue doivent atteindre 3 M€ et que les ressources générées auprès des collectivités ou dans le cadre de projets de recherche doivent s’améliorer substantiellement. 

 

C’est une « traversée » progressive que l’ENSM prévoit avec ce contrat en misant :

•    En 2024 sur la pédagogie, la densification de l’intégration territoriale et la vie de l’établissement

•    En 2025 sur la recherche et l’international

•    En 2026 sur la réalisation de l’Institut national supérieur maritime 

•    En 2027 sur le développement de nouveaux projets