Actualité

Vendée Globe : le ministère de la Mer sur la ligne de départ

Publié le 08/11/2020

Le semi-rigide FULMAR (ULAM 85) lors du départ du Vendée Globe le 6 novembre 2016
Crédits : Direction Départementale des Territoires et de la Mer Vendée
La 9e édition du Vendée Globe a été lancée depuis les Sables d’Olonne, ce dimanche 8 novembre. Un parcours de 40 075 km, soit 21 638 milles, réalisé par les participants à la voile, en solitaire, autour du monde, sans escale et sans assistance. Pour l’édition 2020, 33 participants prennent le départ de la course. Un événement organisé grâce à l’appui de plusieurs services rattachés au ministère de la Mer.

Les services du ministère de la Mer sur la ligne de départ

Le patrouilleur Iris des affaires maritimes, a été nommé navire comité de course pour cette 9e édition du Vendée Globe. C’est à son bord que les organisateurs ont lancé le départ de la plus grande course en solitaire du monde.

Afin d’assurer le bon déroulement de l’événement, différents moyens de contrôle et de surveillance de l’État sont intervenus. Leur objectif : faire appliquer l'arrêté réglementant l’utilisation du plan d’eau de départ. En effet, l’organisateur du Vendée Globe, appuyé par le ministère, est chargé d’assurer la sécurité des participants et de tous les usagers lors du départ, notamment en évitant que d’autres navires ne pénètrent la zone délimitée. À ce titre, le départ 2020 a fait figure d’exception, la navigation de plaisance et les activités de loisir nautique étant interdites par les dispositions de lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Ces moyens mis à disposition par le ministère de la Mer sont évidemment assortis d’un dispositif de sécurité mis en œuvre par l’organisateur de la compétition.

8

C'est le nombre de navires engagés par l’État sur ce dispositif de contrôle et de surveillance.

Un accompagnement tout au long de la course

Parallèlement à l’intervention des services du ministère lors du départ et de l’arrivée, une mission de veille est assurée par les centres régionaux de opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS). Ils sont chargés d’assurer la surveillance et le sauvetage en mer, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, sur l’ensemble de la façade littorale française. Ce dispositif est complété par l’accompagnement du Centre de consultation médicale maritime, que les participants en mer peuvent joindre par radio.