Communiqué de presse

Brexit : Annick Girardin à la rencontre des parlementaires européens, du Vice-président de la Commission européenne et du Commissaire chargé de la pêche à Bruxelles aux côtés des pêcheurs français

Publié le 18/10/2021

Comme elle s’y était engagée, Annick Girardin, ministre de la mer, a conduit ce jour une délégation à Bruxelles composée des représentants des comités des pêches français afin de rencontrer plusieurs députés européens du groupe Renew puis Maroš Šefčovič, Vice-président de la Commission européenne en charge de l’application de l’accord de commerce et de coopération entre l'Union européenne et le Royaume-Uni et Virginijus Sinkevičius, Commissaire européen chargé de l'environnement, des océans et de la pêche. Ces rendez-vous s’inscrivent dans la continuité du calendrier de travail dédié à l’obtention des licences de pêche définitives, accessible en cliquant ici.

La délégation conduite par la ministre de la mer était composée de : Gérard Romiti, président du Comité national des pêches ; Olivier Le Nezet, président du Comité des pêches de Bretagne ; Dimitri Rogoff, président du Comité des pêches de Normandie ; Olivier Leprêtre, président du Comité des pêches des Hauts-de-France.

La délégation s’est d’abord entretenue avec plusieurs députés européens du groupe Renew : Pierre Karleskind, Stéphanie Yon-Courtin, Sylvie Brunet et Irène Tolleret. Elle a ensuite rencontré Maroš Šefčovič, Vice-président de la Commission européenne en charge de l’application de l’accord de commerce et de coopération entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, ainsi que Virginijus Sinkevičius, Commissaire européen chargé de l'environnement, des océans et de la pêche.

Lors de ces échanges, les professionnels ont pu rappeler fermement leurs demandes au sujet des licences de pêche définitives. Ils ont salué l’important travail effectué depuis 9 mois afin de collecter les preuves demandées par le Royaume-Uni, insistant auprès de la Commission pour qu’il se termine maintenant et que l’Union européenne fasse valoir les droits des pêcheurs français et européens dans le respect de l’Accord de commerce et de coopération.

Ils ont également insisté sur la nécessité de synchroniser les annonces et les dates de ces autorisations afin de pouvoir répondre rapidement aux attentes des pêcheurs dans toutes les zones (6-12 milles, Jersey et Guernesey). La réunion du conseil de partenariat, demandée par la France à la Commission européenne, n’est pas exclue. La discussion avec le Royaume-Uni est indispensable pour donner de la visibilité aux professionnels de la pêche, dans la pleine application de l’Accord de commerce et de coopération.

Que l’on soit clair, le sujet n’est pas technique, il est politique et s’agissant des licences, le compte n’y est toujours pas. Il n’y a pas de zones de pêche plus prioritaire qu’une autre. Au regard des enjeux actuels liés à la cohésion européenne, cette question des licences de pêche est un cas d’école. Ce qui est en jeu, c’est bien le respect par le Royaume-Uni de sa signature : nous devons tenir, ensemble, pour maintenir une certaine idée de l’Europe ! Il faut offrir plus de visibilité aux professionnels et je suis heureuse de mieux percevoir, après cet entretien important, que l’Europe nous soutient dans notre démarche.

Annick Girardin