Une cartographie inédite de la biodiversité marine

Mis à jour le 24/05/2024

Actualité

Au mois de mai, on Fête la nature partout en France ! Cet événement se déroule chaque année du 22 mai au 26 mai, après la Journée internationale de la biodiversité. À cette occasion, découvrez la mission BioDivMed 2023, premier recensement de la biodiversité marine, grâce à l’analyse de l’ADN environnemental (ADNe).

©OceanoScientific

Le littoral méditerranéen regorge de biodiversité marine

Cette opération exceptionnelle, de mai à fin juillet 2023, a permis de cartographier pour la première fois la biodiversité marine de la zone côtière de Méditerranée française, y compris les lagunes, les embouchures de fleuves et les ports, jusqu’au sanctuaire Pelagos entre la Corse et le continent.

Jamais auparavant, un tel inventaire du vivant n'avait été réalisé, notamment sur autant de sites à fine échelle spatiale. 

Six mois plus tard, les résultats sont encourageants, la mission BioDivMed démontre scientifiquement que le littoral méditerranéen français est riche d'une incroyable biodiversité marine côtière en poissons et crustacés ! 

Sur 700 prélèvements d’ADN environnemental, 267 espèces de poissons ont été recensées. L’ange de mer - considéré comme disparu de la Méditerranée ! - difficilement détectable a pu être repéré à plusieurs reprises.

Ce recensement de la biodiversité marine est une aide précieuse pour : 

  • lutter contre la pollution ;
  • définir de nouvelles réserves marines ; 
  • favoriser une pêche côtière durable.

Cette mission est à l’initiative d’un consortium d’acteurs publics et privés, tels que : l’agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse, l'unité mixte de recherche Marbec - université de Montpellier, les sociétés SPYGEN et Andromède Océanologie, les associations OceanoScientific et We Are Méditerranée.

Elle rentre dans le cadre de la Stratégie nationale biodiversité 2030 (SNB 2030) présentée par le gouvernement en novembre 2023. 

L’ADN environnemental une technique respectueuse et prometteuse

Pour réaliser une cartographie à fine échelle de la biodiversité marine, la technologie de l’ADN environnemental (ADNe) a été utilisée.

Jusqu’à présent, le suivi de la faune marine faisait principalement appel à des techniques telles que la pêche, les recensements visuels en plongée et via les caméras sous-marines ou l’acoustique. Or, ces techniques sont invasives, voire destructives et de nombreuses espèces ne sont pas détectées car furtives, trop petites ou rares.

L'ADN environnemental est une nouvelle technologie qui permet d’observer la biodiversité aquatique via les traces ADN prélevées dans l’environnement. En effet, toutes les espèces sécrètent en permanence des fluides et des cellules qui contiennent de l’ADN pouvant persister dans l’environnement pendant plusieurs heures. Ces traces ADNe sont utilisées pour identifier l’ensemble des espèces présentes ou non dans le milieu étudié, sans même les voir.

L'Expédition OceanoScientific ADNe Méditerranée 2024

Désormais, dans la continuité de cette innovation, la mission BioDivMed continue en 2024, de Menton à Banyuls-sur-Mer et tout autour de la Corse pour des observations répétées durant un premier cycle de cinq ans (2024-2028).