Métiers de la mer, formation et compétences

La mer a toujours été indissociable de la vie des hommes et des femmes, pour ses ressources alimentaires comme pour les échanges commerciaux. Les métiers de la mer représentent aujourd’hui un enjeu majeur, par leur poids économique mais aussi par leur place centrale dans l’économie bleue. L’exercice de ces métiers est réglementé par le ministère de la Mer, qui encadre également la filière de formation aux métiers maritimes.

Mis à jour le 05/03/2021

Enjeux

Le secteur maritime est un secteur professionnel dynamique qui emploie plus de  400 000 salariés dont plus de 36 000 marins navigants (Insee, 2017). Ces passionnés de la mer exercent dans différents domaines, qui offrent chacun une grande variété de navires et de missions : commerce, plaisance professionnelle, pêche, culture marine, etc.

 

Tous ces métiers de navigation nécessitent des compétences techniques précises, des qualités humaines solides, ainsi qu’une grande capacité d’adaptation aux milieux, aux rythmes de travail et à l’innovation matérielle. Par ailleurs, les métiers de la mer sont de plus en plus tournés vers les questions de développement durable et de croissance bleue.

 

C’est pourquoi la profession de marin est particulièrement encadrée et réglementée. Le statut de marin est conditionné à la nationalité, l’aptitude physique, la qualification professionnelle et la moralité. Ce statut est justifié par la possession d’un livret professionnel maritime. Par ailleurs, il existe également une convention internationale sur les normes de formation des gens de mer, de délivrance des brevets et de veille.

 

Afin de répondre aux enjeux des métiers de la mer, une filière solide et complète de formation existe aujourd’hui en France, du certificat d’aptitude professionnelle (CAP) au titre d’ingénieur, en passant par le brevet de technicien supérieur (BTS) maritime. Ces formations sont dispensées par un réseau d’établissements publics et d’organismes privés.

 

Acteurs

Plusieurs acteurs sont chargés d’encadrer et de réglementer les métiers de la mer, ainsi que les formations nécessaires pour les exercer.

  • Les directions départementales des territoires et de la mer (DDTM) mettent en œuvre les outils de planification, d’aménagement, de contrôle et de protection de l’État. Elles sont notamment chargées de délivrer le livret professionnel maritime.
  • Les lycées professionnels maritimes sont des établissements d'enseignement public, répartis sur les différentes façades maritimes de la métropole. Ils assurent la formation initiale secondaire (CAP maritime et Bac professionnel) et supérieure (BTS maritime) des élèves qui se destinent au métier de marin dans les secteurs de la pêche, du commerce, de la plaisance et des cultures marines.
  • Les établissements publics/privés en métropole et en outre-mer sont agréés par le ministère de la Mer pour dispenser des formations conduisant à des diplômes secondaires de l'enseignement maritime.
  • L’École nationale supérieure maritime (ENSM) dispense, par la voie de la formation initiale, des formations supérieures dans les domaines maritime et para-maritime et forme ainsi les officiers de la marine marchande et des ingénieurs dans les nouvelles technologies.

     

Principales actions

  • Réglementation de la profession de marin
  • Définition des normes de formation
  • Encadrement et régulation des acteurs la filière de formation

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Sujet de votre message